Notre Histoire

1ER AOUT 1952Escadre de la 11, là où tout à commencé. UNITÉS CRÉÉES 01/11

ROUSSILLON

02/11

VOSGES

Le 1er août 1952, est créé officiellement le premier élément de la 11° Demi-brigade sur la base aérienne de Reims. Cette création résulte du très important développement des forces aériennes occidentales nécessité par la menace du bloc soviétique. Ce développement s’accompagne d’un plan d’aide militaire (PAM) alimenté par les USA.

La transformation des pilotes terminée sur F-84, au CTF84 de REIMS, l’Escadre rejoint la R.F.A à LAHR, le 5 décembre 1952 pour compléter sa dotation en matériel.

Les deux Escadrons sont dotés de F-84 G « Thunderjet ». Ils sont affectés au 1° C.A.Tac (Corps Aérien Tactique), intégré dans le dispositif de l’OTAN et qui fait partie de la 4° Force Aérienne Tactique alliée plus connue sous le sigle de 4° ATAF.
La mission de la 11 est celle traditionnelle des escadrons de chasse :

  • La défense aérienne.
  • L’appui tactique de surface.
1953 à 1957La 11ème Escadre en vol direction Luxeuil-St Sauveur UNITÉS CRÉÉES 03/11

JURA

3/71

EALA

16/72

EALA

Le 12 juin 1953, toute la 11ème Escadre de chasse fait mouvement vers la base aérienne de Luxeuil-St Sauveur qui vient d’être achevée. 
A partir du 16 mai 1956, les escadrons reçoivent le F-84F en remplacement du F-84G. Cette même année, l’Escadre participe à l’intervention franco-britannique à Suez. Le détachement est alors stationné à Akrotiri sur l’île de Chypre.

Les restrictions budgétaires de l’époque nécessitent la dissolution d’unités. Le 12 novembre 1957 l’escadron de chasse 03/011 « JURA » est dissous et l’escadre passe de 75 à 60 avions. Au cours de l’année 1957, l’EALA 3/71 est transformée sur T-6 et prend la dénomination de EALA 21/72.

Le 1er mai 1958 voit l’arrivée de ses premiers F-100 en provenance des ateliers de la North American de Madrid-Barajas.

F-84F de l’EC 1/11 © Daniel Hartmann
1961 à 1969Changement de mission pour la 11ème Escadre UNITÉS CRÉÉES 03/11

CORSE

4/11

JURA

15/11

GERMaS

En juin 1961, la 11° EC déménage en R.F.A à Bremgarten.
La mission principale de l’Escadre change. Elle prend une vocation nucléaire dans le cadre de l’O.T.A.N., tout en participant au libre accès des couloirs de Berlin.

Le départ de la France du Commandement militaire intégré de l’O.T.A.N.  provoque le retour de l’Escadre sur le territoire national à Toul-Rosières en septembre 1967, en lieu et place de la 26° Escadre de reconnaissance U.S.A.F.E. rattachée à la 17° Air Force.

L’année 1969 marque un tournant dans la vie de la 11° Escadre de chasse. Elle est alors la seule escadre française qui dispose d’un avion de combat tactique, le F-100D, pouvant être ravitaillé en vol. Elle effectue alors des missions au profit de la C.A.F.I (Composante Air de la Force d’Intervention) vers Dakar, N’Djamena et Djibouti.

Le renforcement du dispositif aérien de la France dans la corne de l’Afrique nécessite la création d’un escadron de chasse.

Le F-100D, avion de combat tactique pouvant être ravitaillé en vol.
1970 à 198114h56, arrivée du premier Jaguar. UNITÉS CRÉÉES 03/11

CORSE

4/11

JURA

15/11

GERMaS

Le 07 février 1975 voit l’arrivée du premier Jaguar (E29), posé à 14h56. Il est destiné à l’escadron de chasse 03/011 « Corse ».

Après le 3/11, successivement le 1/11, puis le 2/11 sont équipés du Jaguar.
Le 23 juin 1977 le dernier F-100 stationné en métropole quitte Toul-Rosières pour rejoindre le musée de l’Air et l’Espace du Bourget.

Grâce à la capacité de projection du Jaguar, à partir de 1977, la 11°EC va enchaîner les opérations et interventions extérieures :

1977LAMANTIN

Mauritanie

1978TACAUD

Tchad

1980MURÈNE

Libreville

1980BARRACUDA

Bangui

1983ORQUE

République Centrafricaine

1983MANTA

Tchad

1984CHEVESNE

Beyrouth

1984SILURE

N’Djamena

1986ÉPERVIER

Tchad

1990TEMPÊTE DU DÉSERT

Arabie Saoudite

1993BALBUZARD

Bosnie

1993ACONIT

Turquie

1993CRÉCERELLE

Bosnie

1994TURQUOISE

Rwanda

1995SALAMANDRE

Bosnie

RESTROSPECTIVEDates & Moment clés
  1. 1965
  2. 1968
  3. 1961
  4. 1969
  5. 1959
  6. 1953
  7. 1956
  1. 1965Arrivée à Luxeuil-St Sauveur

    Le 12 juin 1953, toute la 11ème Escadre de chasse fait mouvement vers la base aérienne de Luxeuil-St Sauveur qui vient d’être achevée. 
    A partir du 16 mai 1956, les escadrons reçoivent le F-84F en remplacement du F-84G.

  2. 1999
  3. 1968Arrivée à Luxeuil-St Sauveur

    Le 12 juin 1953, toute la 11ème Escadre de chasse fait mouvement vers la base aérienne de Luxeuil-St Sauveur qui vient d’être achevée. 
    A partir du 16 mai 1956, les escadrons reçoivent le F-84F en remplacement du F-84G.

  4. 1999
  5. 1961Arrivée à Luxeuil-St Sauveur

    Le 12 juin 1953, toute la 11ème Escadre de chasse fait mouvement vers la base aérienne de Luxeuil-St Sauveur qui vient d’être achevée. 
    A partir du 16 mai 1956, les escadrons reçoivent le F-84F en remplacement du F-84G.

  6. 1999
  7. 1969Arrivée à Luxeuil-St Sauveur

    Le 12 juin 1953, toute la 11ème Escadre de chasse fait mouvement vers la base aérienne de Luxeuil-St Sauveur qui vient d’être achevée. 
    A partir du 16 mai 1956, les escadrons reçoivent le F-84F en remplacement du F-84G.

  8. 1999
  9. 1959Arrivée à Luxeuil-St Sauveur

    Le 12 juin 1953, toute la 11ème Escadre de chasse fait mouvement vers la base aérienne de Luxeuil-St Sauveur qui vient d’être achevée. 
    A partir du 16 mai 1956, les escadrons reçoivent le F-84F en remplacement du F-84G.

  10. 1999
  11. 1953Arrivée à Luxeuil-St Sauveur

    Le 12 juin 1953, toute la 11ème Escadre de chasse fait mouvement vers la base aérienne de Luxeuil-St Sauveur qui vient d’être achevée. 
    A partir du 16 mai 1956, les escadrons reçoivent le F-84F en remplacement du F-84G.

  12. 1999
  13. 1956Parrainage d’une Escadrille d’Aviation Légère d’Appui (EALA)

    En mai 1956, la 11ème Escadre se voit confier le parrainage d’une Escadrille d’Aviation Légère d’Appui (EALA) dans le cadre du maintien de l’ordre en Algérie, puis d’une seconde en novembre.

     

  14. 1999
NOS UNITésLes unités et alliés de la 11
  • 01/11 ROUSSILLON

    Le 1er août 1952, sur la B.A de Reims, est crée l’escadron de chasse 01/011 « Roussillon » qui reprend les traditions et les insignes du Groupe de chasse III/6, dissous depuis le veille. Il forme le premie

    Lire l’histoire

    01/11 ROUSSILLON

    Le 1er août 1952, sur la B.A de Reims, est crée l’escadron de chasse 01/011 « Roussillon » qui reprend les traditions et les insignes du Groupe de chasse III/6, dissous depuis le veille. Il forme le premier escadron de la 11° Demi brigade qui deviendra par la suite la 11° Escadre de chasse. Cette formation est commandée par le capitaine Collin, secondé par le capitaine Passemard.

    A son retour d’Indochine, le personnel du III/6 se retrouve après un court congé de fin de campagne à Avord pour un stage VSV. En juin 1952, les pilotes font connaissance au C.T.F.84, stationné à Reims avec le pilotage des avions à réaction.

    Le 5 décembre 1952, l’escadron s’installe sur la base de Larh (RFA) où il reçoit son complément de F-84G « Thunderjet« . Son stationnement n’est que de courte durée, la base de Luxeuil étant maintenant opérationnelle, le 10 juin 1953, le « Roussillon » y arrive pour une période de 8 ans.

    Sa mission principale durant cette époque est la participation à la défense aérienne de la zone du 1er C.A.Tac et à l’appui au sol de la 1ère Armée Française.
    Rapidement opérationnel, le « Roussillon » est apte à assumer ses missions et à participer à tous les exercices et déploiements.

  • 03/11 CORSE

    Simultanément à la création de la 11ème Escadre à Reims, l’année 1952 voit la 1ère Escadre de chasse se former sur la base de Saint-Dizier.Le premier escadron de cette unité est le 01/001 « Corse ».

    Lire l’histoire

    03/11 CORSE

    SON HISTORIQUE

    Simultanément à la création de la 11ème Escadre à Reims, l’année 1952 voit la 1ère Escadre de chasse se former sur la base de Saint-Dizier.
    Le premier escadron de cette unité est le 01/001 « Corse ».
    En octobre et novembre 1956, l’escadron nouvellement équipé de F-84F prend brillamment part à la campagne de Suez en détruisant 18 appareils sur le terrain de Louqsor.
    De 1957 à 1962, avec son escadrille parrainée la « 20/72 » il participe aux opérations de maintien de l’ordre en Algérie.

    1962 F84f st dzr copie (1024 768)
    Dissout le 28 février 1966 en même temps que la première escadre, le  » Corse » renaît un mois plus tard (01/04/66) sous le nom d’escadron de chasse 03/011 sur la base aérienne de Bremgarten et est équipé de F-100 « Super Sabre ».

    Le 13 juin 1966, le 03/011 se déploie sur la base de Colmar. Il y reste jusqu’au 26/10/67 où il rejoint sur la plate-forme de Toul-Rosières les autres unités de la 11ème Escadre.
    Grâce à sa fonction ravitaillement en vol l’avion F-100 permet au 03/011 de participer aux opérations de présence et d’intervention outre-mer.
    C’est ainsi que de nombreuses capitales africaines (Dakar, Libreville, Djibouti, Lomé, Niamey) pourront dans les prochaines années admirer les cocardes de cette valeureuse unité.
    L’année 1968 voit l’attribution au 03/011 des missions suivantes :
    – Missions CAFI (composante air des forces d’interventions)
    – Défense aérienne.
    – Appui au profit de la 1ère Armée.
    – Entraînement opérationnel des jeunes pilotes destinés aux escadres de Mirage III.

    42123 RQ arrD Dia66 Tours 080672 EM (1024 768)

    Juin 1972 à Tours. © Eric Moreau

    Les années suivantes se partagent entre les missions africaines et la routine française et ceci jusqu’au 5 janvier 1975 ou l’escadron après 37.580 heures de vol sur F-100, perd ses avions, Après plusieurs semaines d’E.M.I l’unité touche sa nouvelle monture (le 13 juin), quatre superbes Jaguar biplaces.
    A dater de ce jour, l’escadron fait découvrir ses nouveaux appareils sur le territoire africain (opérations : Lamantin, Tacaud, Manta …).
    Le 03/011 comme ses frères de la 11ème après une participation aux différentes missions de l’armée française (Guerre du Golfe, Balbuzard, Crécerelle,…) voit le verdict de la restructuration de l’armée de l’Air se profiler à l’horizon, ainsi le 25 juin 1997 l’escadron fête dignement sa fin, avec nombre de ses grands anciens et un gros pincement au cour.

    11EC LMO 007 (1024 768)

    © Yves Le Mao

    La date du 31 juillet 1997 est retenue par l’état major comme date officielle de dissolution.

     

    SON HÉRALDIQUE

    SON HÉRALDIQUE

    Première escadrille

    Deuxième escadrille

    Deuxième insigne de l’escadron

     

    SES COMMANDANTS
    • F-100D/F SUPER SABRE
      • 04/66 : CNE DREUX
      • 04/67 : CNE ROUMILHAC
      • 09/69 : CNE BRUNIER
      • 08/70 : CDT RICHALET
      • 09/72 : CDT BAHUON
    • JAGUAR A/E
      • 08/74 : CDT SALMON
      • 07/75 : CDT SAUVEBOIS
      • 09/77 : CDT ARGELIER
      • 09/78 : CDT DEHAEZE
      • 09/80 : CDT AGAISSE
      • 06/82 : CDT BOUDET
      • 08/83 : CDT DURAND
      • 07/85 : CDT MONCANY DE SAINT AIGNAN
      • 08/87 : CDT VIGNON
      • 07/88 : CDT POURBAIX
      • 06/90 : CDT BRUNNER
      • 08/91 : CDT ACCARD
      • 07/93 : CDT DEMARS
      • 09/93 : LCL BAWEJSKI
    • Mirage 2000C Mirage 2000-5F Mirage 2000D
      • 2008-2009 : LCL BOITEAU
      • 2009-2010 : LCL ROUGIER
      • 2010-2011 : LCL GIRAUD
      • 2011-2013 : CDT/LCL GROS
      • 2013 : LCL LAURENS
  • 02/11 VOSGES

    Le 1er novembre 1952, à Reims, un deuxième escadron de chasse est créé au sein de la 11ème Demi brigade appelée à devenir par la suite la 11° Escadre de chasse.

    Lire l’histoire

    02/11 VOSGES

    SON HISTOIRE

    Le 1er novembre 1952, à Reims, un deuxième escadron de chasse est créé au sein de la 11ème Demi brigade appelée à devenir par la suite la 11° Escadre de chasse.
    Il prend la dénomination de escadron de chasse 02/011 « Vosges ». Cette unité, composée de deux escadrilles, reprend les traditions des « SPA91 » et « SPA97 ». Elle est commandée par le capitaine Dumoulin.

    Le 5 décembre 1952, l’unité fait mouvement sur Lahr (RFA) avec ses F-84G « Thunderjet » Progressivement, l’escadron devient opérationnel. Exercices et campagnes de tir lui donnent toute sa vitalité.
    Ce séjour n’est que de courte durée et en juin 1953, il déménage sur la BA de Luxeuil devenue opérationnelle.

    N 1955 F84G (1024 768)

    En 1956 , le F-84G est remplacé par le F-84F « Thunderstreak ». Entre 1956 et 1961, le personnel participe régulièrement au parrainage des EALA engagées dans le cadre du conflit algérien.
    Dans le cadre de la défense de la zone de responsabilité du 1° CATac et de l’appui des 1° et 7° Armée US, le 2/11 participe à de nombreux exercices avec alerte en bout de piste prêt au décollage.

    N F84F 1957 a.c Torres (1024 768)

    1957. ® ADC Torres

    Mai 1958, l’unité est doté de F-100 « Super Sabre » qui remplace les F-84F. L’arrivée de ce nouvel avion modifie les missions de l’escadron. Aux missions de défense de la zone de responsabilité du 1° CATac, il doit également être en mesure d’effectuer de jour comme de nuit des reconnaissances et de saturation radar. Pour cela il maintient en alternance avec d’autres escadrons l’alerte H24 avec deux avions et leur équipage.
    En juin 1961, la 11° Escadre de chasse fait mouvement sur Bremgarten (RFA). Le déménagement de l’escadron s’effectue en trois jours.
    Année 1962, débute dans le cadre du passage à la capacité nucléaire tactique, a transformation des personnels pilotes et mécaniciens mêlant cours théoriques et pratique du vol (effets de l’arme, missions d’assaut par tous les temps de jour comme de nuit, qualification bombardement, …). En novembre, les pilotes reprennent l’entraînement LADD (Low Altitude Delivery Drog). Après un entraînement ardu, le 20 mai 1963 voit le 02/011 passer « Strike » au sein de l’O.T.A.N. Il devient le premier escadron français à remplir une mission de frappe nucléaire. Une alerte atomique est assurée H24 par le personnel de l’unité.
    La France décide de quitter les structures intégrées militaires de l’OTAN en 1967. L’escadron perd sa mission nucléaire et reprend donc en mission principale l’assaut conventionnel.
    Septembre 1967, la 11°Escadre de chasse quitte la RFA pour rejoindre Toul Rosières (Meurthe et Moselle). Le 13 septembre, les 6 premiers F-100 de l’unité se posent sur leur nouvelle base de stationnement.
    Juin 1970, l’escadron participe, avec 6 avions et 6 pilotes au concours interalliés AIRCENT. Il remporte la coupe Walker réservée à l’attaque conventionnelle avec 586 points contre 540 à la 4° ATAF et 392 à la 2° ATAF. L’équipe gagnante se composait du commandant Deveaud, des capitaines Rannou et Gillet, du sous-lieutenant Mareschal, de l’adjudant-chef Leroux et de l’adjudant Grison.
    L’escadron enchaîne les exercices nationaux et interalliés, les campagnes de tir, les convoyages de F-100 vers Djibouti et les exercices dans le cadre de la CAFI.

    42131 MB cam Arr D Dia Kzo 0475 AC Cool (1024 768)

    Avril 1975. © Alain Crosnier

    Au mois de juin 1976, les premiers pilotes de l’unité partent en transformation sur Jaguar. Le 3 novembre, l’EC 02/011 reçoit ses six premiers Jaguar. La 1° escadrille vole sur le nouvel avion tandis que la seconde finit son activité sur les derniers F-100 encore présents sur la BA136.

    En mai 1977, le Lieutenant-colonel Richalet, commandant de la 11°EC, « leade » la dernière patrouille de F-100 qui fera un tour d’adieu en FATac.
    Le dernier F-100 de métropole, le n° 736, aux couleurs du 1/11 « Roussillon » s’envole pour le Musée de l’Air et de l’Espace, tandis que le n°131, aux couleurs du 2/11 « Vosges » orne la stèle à l’entrée de la base aérienne 136 ( à la suite de la fermeture de celle ci, la stèle a été transférée sur la BA128 de Metz).
    La fin de l’année 1977 est marqué pour la 11°EC et ses escadrons par le début d’une très longue période d’opérations extérieures.
    L’année 1978, le 2/11 débute par un détachement à Dakar dans le cadre de l’opération Lamantin. Le 10 février, un détachement par pour N’Djamena au Tchad. Le 15, la ville est attaquée par des forces rebelles ; les avions et le personnel se replient sur Libreville. Pendant cet épisode tchadien, deux missions d’intervention réelles sont déclenchées sur Moussoro lors d’accrochages entre des éléments français qui y sont stationnés et les rebelles.
    Au cours d’un séjour africain, l’unité teste avec succès le pod photographique RP 36P.
    La mission principale de l’escadron est le brouillage électronique offensif au profit des forces. Pour cette mission, il est doté du BOZ et du BARAX.
    Comme les autres escadrons de la « 11 », il participe régulièrement à l’exercice Red Flag aux USA.
    A partir de 1987, le 2/11 assure la mission anti radar avec le missile AS37 « Martel » à la place de l’EC 3/3 « Ardennes » et concerve la vocation FAE de celui-ci.
    Le 17 janvier 1991 marque un nouvel épisode glorieux pour l’unité; une patrouille de 12 Jaguar, dirigée par le commandant Mansion effectue la première mission française lors du déclenchement de l’opération « Tempête du Désert » en attaquant le terrain d’aviation Al Jaber au Koweït occupé par l’Irak. Au cours de cette mission executée en basse altitude, quatre avions furent touchés dont deux sévèrement qui durent se dérouter. Le capitaine Mahagne fut blessé au visage mais réussit à ramener son avion.
    Au mois de janvier 1992, un détachement de l’unité rejoint pour une durée d’un mois le terrain de Rochambeau en Guyane française. La mission consiste à entraîner les contrôleurs de défense aérienne du centre de contrôle militaire de Kourou.
    A partir du 30 août 1995, le 2/11 participent à l’opération aérienne « Deliberate Force » de l’OTAN sur la Serbie. Au cours de 650 sorties, les Jaguar détruisent des objectifs militaires d’infrastructure.

    A la dissolution du 1/11, l’escadron passe à 20 avions, absorbant ainsi 10 pilotes et 60 mécaniciens. Une troisième escadrille est créée qui reprend les traditions de la « Comédie » ancienne deuxième escadrille du 1/11.

    11EC LMO 003 (1024 768)

    © Yves Le Mao

    Le 21 mai 1996, le dernier vol est effectué.
    Le 31 juillet 1996, l’EC 2/11 « Vosges » est dissous officiellement.

    SON HÉRALDIQUE

    Première escadrille

    Deuxième escadrille

    Deuxième insigne de l’escadron

    SES COMMANDANTS
    • F-84G THUNDERJET
      • 10/52 : CNE DUMOULIN
      • 05/54 : CNE CHAUVET
    • F-84F THUNDERSTREAK
      • 01/56 : CNE  DESJOBERT
    • F-100D/F SUPER SABRE
      • 09/58 : CNE MARCHAND
      • 08/60 : CNE HUGUET
      • 05/62 : CNE MARCOIN
      • 10/63 : CNE BOICHOT
      • 06/65 : CNE LACAU
      • 05/66 : CNE GRAND’EURY
      • 06/67 : CNE MONTITSKY
      • 09/69 : CNE DEVEAUD
      • 09/71 : CNE ALBERT-LEBRUN
      • 09/73 : CNE COMBRIAT
      • 09/74 : CNE POGNAT
    • JAGUAR A/E
      • 09/76 : CDT SANCHEZ
      • 07/78 : CDT PECCAVY
      • 09/79 : CDT CARRASCO
      • 09/81 : CDT AMARGER
      • 09/83 : CDT MANDRILLE
      • 09/85 : CDT MOLARD
      • 08/87 : CDT FERRANDO
      • 09/88 : CDT ANTOINE
      • 09/90 : CDT MANSION
      • 09/91 : CDT FAILLY
      • 09/93 : CDT puis LCL BLANC
  • EC 3/11 JURA

    Cet escadron commence sa carrière à partir du 1er juin 1953. Il reprend les traditions des SPA158 « Serpentaire » et SPA161 « Sphinx » et est équipé de F-84G.

    Lire l’histoire

    EC 3/11 JURA

    SON HISTORIQUE

    Cet escadron commence sa carrière à partir du 1er juin 1953. Il reprend les traditions des SPA158 « Serpentaire » et SPA161 « Sphinx » et est équipé de F-84G.

    C’est sur le terrain de Lahr que s’effectuent les premiers vols. Le commandement en est assuré par le capitaine Chanliau alors que la 1ere escadrille SPA158 est commandée par le lieutenant Vaujour et la 2eme escadrille SPA161 est commandée par le lieutenant Dechelette.

    Les missions dévolues à l’escadron de chasse 3/11 « JURA » sont :
    – le combat aérien dans la zone de responsabilité du 1er C.A.Tac. ;
    – l’appui au sol des troupes terrestres adaptées au 1er C.A.Tac. (7e armée US. – 1ere armée française) ;
    – l’escorte des chasseurs porteurs de la bombe nucléaire dans un but de saturation de l’espace aérien.

    De plus, l’escadron accueille les jeunes pilotes sortant des écoles américaines et de Meknes pour une période de vieillissement.

    Dès le 1 juin, le 3/11 s’envole pour Luxeuil, qui sera sa base de stationnement définitive et il entre tout de suite dans sa phase active.

    L’escadron de chasse 3/11 « JURA » commence à fournir des pilotes pour les opérations en Extrême-Orient.

    Le capitaine Perrotte prend le commandement de l’escadron. Le Lieutenant Vaujour en est alors le commandant en second et le lieutenant Maffre lui succède à la tête de la 1ère escadrille, la SPA158.
    Le lieutenant Chalvet succède au lieutenant Dechelette à la tête de la SPA161 le 1er novembre 1954.

    Le mois d’août 1955 est marqué par une activité fébrile. Les premiers F-84F arrivent et après le « 1/11 » et le « 2/11 », c’est au tour du « 3/11 » d’être transformé sur cet avion bien plus performant. Aussi conférences et cours se succèdent à un rythme effréné.
    C’est au capitaine Perrotte que revient l’honneur de poser le premier F-84F du « 3/11 » le 8 août 1956 .

    Le début de l’année 1957 voit un changement dans le type de missions du 3/11 « JURA ». Équipé d’un avion plus performant, il effectue davantage de missions d’interception.
    C’est le 1er novembre 1957 que le 3/11 « JURA » termine sa carrière. Ses avions seront partagés entre la 4ème brigade aérienne (15 F-84F) et le « 1/11 » et le « 2/11 » qui se partageront les 10 avions restants le 12 novembre.

     

    SES COMMANDANTS
    • F-84G
      • 06/53 CNE CHANLIAU
      • 08/54 CNE PERROTTE
      • 10/56 CNE RADISSON
  • 04/11 JURA

    Créée le 1er janvier 1973, cette quatrième unité de la 11ème Escadre de chasse, est l’unique escadron de chasse d’outre-mer de l’armée de l’Air. Il est stationné sur la base aérienne 188 de Djibouti (…)

    Lire l’histoire

    04/11 JURA

  • GERMaS 15/11

    Chargé du suivi technique des appareils de type F-100 la nouvelle unité, le GERMaS 15/011, groupe de maintenance et réparation des matériels spécialisés, (…)

    Lire l’histoire

    GERMaS 15/11

    SON HISTORIQUE

    Chargé du suivi technique des appareils de type F-100 la nouvelle unité, le GERMaS 15/011, groupe de maintenance et réparation des matériels spécialisés, prend la relève le 01/07/1964 du Groupe de Maintenance qui regroupait les unités que nous connaissons sous les appellations GERMaS, GERMaC et ERT.
    Les deux derniers commandant d’unité ont été le commandant Leboube et le commandant Gaillac placés sous l’autorité du chef des Moyens Techniques.

    Du 01/07/1964 au 01/07/1967 environ cette nouvelle unité, assure le deuxième échelon de la maintenance des F-100 « Super Sabre » français appartenant à la 3ème et la 11ème Escadre de chasse.

    De part son rattachement à la 11ème Escadre le 01/03/1973, l’unité change d’appellation pour devenir le G.E.R.Ma.S 15/011.

    L’année 1977 voit les dernières maintenances F-100 et parallèlement la transformation sur le nouvel appareil de la 11ème le Jaguar.

    Pour mener à bien cette mission, le GERMaS dispose à cette époque d’un effectif de 250 personnes s’articulant en 4 grandes divisions :

    – Commandement (administration, contrôle technique, planification et logistique).
    – Avion (cellule, moteur, hydraulique, et chaudronnerie).
    – Système de navigation et d’armement (S.N.A.) (radio/ radar, navigation et tir, photo, laser).
    – Équipement (bord, commandes de vol, sécurité, conditionnement et servitudes).

     

    SON HÉRALDIQUE

    SES COMMANDANTS
    • F-100D/F SUPER SABRE
      • 10/67 : CNE BOMPART
      • 11/68 : CDT NABERE
      • 06/71 : CDT MIOCHE
      • 03/73 : CDT BOURGEOIS
    • JAGUAR A/E
      • 09/75 : CDT DEYCARD
      • 09/78 : CDT ABILY
      • 08/80 : CDT MOTHES
      • 09/81 : CDT JANVIER
      • 09/83 : CDT GIMENEZ
      • 09/85 : CDT JULLIEN
      • 09/87 : CDT CHRISSEMANT
      • 09/89 : CDT TURCHET
      • 09/91 : CDT JEAGER
      • 09/93 : CDT BORNIER
      • 09/95 : CDT CESAR
  • EALA 16/72

    Création le 1er juin 1956. Devient EALA 21/72 après sa transformation sur T-6 en juillet 1957 – Dissolution le 1er septembre 1961

    Lire l’histoire

    EALA 16/72

    SON HISTORIQUE

    Création le 1er décembre 1956.

    eala07216a (1024 768)

    Les photos de T-6 porteur de l’insigne du « 1/11 » sont rares.

    eala07216b (1024 768)

     

    A partir d’août 1958, le commandement de l’escadrille est assuré par un pilote de la 33°ER- Dissolution en avril 1961.

    SON HÉRALDIQUE

    SES COMMANDANTS
  • EALA 3/71 & 21/72

    Création le 1er juin 1956. Devient EALA 21/72 après sa transformation sur T-6 en juillet 1957 – Dissolution le 1er septembre 1961.

    Lire l’histoire

    EALA 3/71 & 21/72

    SON HISTORIQUE

    Création le 1er juin 1956.

    Devient EALA 21/72 après sa transformation sur T-6 en juillet 1957 – Dissolution le 1er septembre 1961

    img007 (1024 768)

     

    SON HÉRALDIQUE

     

NOS AVIONSÀ bord d'appareils qui ont marqué l'histoire de l'aviation

F-100D/F SUPER SABRE

LIRE LA FICHE

F-100D/F SUPER SABRE

JAGUAR A/E

LIRE LA FICHE

JAGUAR A/E

CARACTERISTIQUES
Envergure 8,69 m
Longueur 16,84 m
Hauteur 4,81 m
Poids au décollage avion vide 10.775 Kg
Masse maximale au décollage 15.000 Kg
Réaction Réacteur 2 x Rolls-Royce/ Turbomeca RB 172 T 260 ADOUR 
de 2100 kg de poussée à sec, 3150 kg avec post-combustion
Armement Armement 2 X canons DEFA 553 de 30mm
(150 obus par arme)
VI max. 650 KTS
Mach limite 1.35 de mach
Plafond opérationnel 13.200 m
HISTOIRE

Début 1964, l’état major de l’armée de l’Air met en œuvre un programme destiné à remplacer à terme les avions d’entraînement (T 33, Fouga) ainsi que les Mystère IV d’appui au sol.

Les besoins français étant proches de ceux de la Grande-Bretagne, des discussions sont entamées afin de finaliser un appareil commun. En mai 1965 est signé un accord de coopération pour la réalisation d’un appareil d’appui tactique et d’entraînement atteignant 1,5 mach. Le 3 mai 1966, Bréguet Aviation et la BAC créent la SEPECAT (Société d’Étude et de Production de l’avion d’École de Combat et d’Appui Tactique). C’est de cet accord que naîtra le Jaguar.
Dès sa conception, le Jaguar a été conçu pour opérer à basse altitude et à grande vitesse. C’est un avion à ailes hautes en flèche de construction entièrement métallique et bénéficie d’innovations technologiques diverses : structure en nid d’abeille, réacteur à double flux. Grâce à une pression peu élevée de ses pneus, il est apte à opérer à partir de terrains sommairement aménagés.

Le premier des huit prototypes vola en 1968. Le prototype 05, version marine, fit son premier vol en novembre 1969 à Melun-Villaroche. La Marine mènera une série d’essais sur la porte avions Clemenceau avant finalement en 1973 d’annuler le marché du Jaguar M.

Le Jaguar sera construit en cinq versions :

  • pour la France une version monoplace (A) et biplace (E) ;
  • pour la Grande-Bretagne une version monoplace (S) et biplace (B) ;
  • une version export dérivée de la version britannique S.

Le Jaguar a été construit à 570 exemplaires :

  • l’armée de l’Air recevra 160 Jaguar A et 40 Jaguar E ;
  • la RAF 165 avions d’appui et 35 pour l’entraînement, plus 2 exemplaires commandés ultérieurement ;
  • l’Inde 132 appareils (construit sous licence)
  • le Sultana d’Oman 22 et l’Equateur 14.

Durant sa carrière, le Jaguar couvrira toutes les missions qui peuvent être demandées à un chasseur bombardier :

  • attaque nucléaire tactique ;
  • assaut conventionnel au profit des forces de surface ;
  • interdiction dans la profondeur ;
  • mission anti radar et de contre mesure électronique;
  • reconnaissance.

La première escadre à être dotée du Jaguar est la 7° Escadre de chasse. La 11° Escadre de chasse reçut son premier Jaguar le 7 février 1975. 
Le Jaguar arma la 7° EC, la 11° EC, l’EC 03/03, le CITAC 339, l’EC 24/118 et le CEV.
Le Jaguar est définitivement retiré du service opérationnel le 1er juillet 2005.

LE JAGUAR ET LA 11EC

Le 7 février 1975 arrive sur la base aérienne de Toul-Rosières le premier des Jaguar (E29) qui vont maintenant remplacer les F-100. Le premier escadron à être équipé est l’EC 03/11 « Corse » dont les quatre premiers appareils arrivent en juin 1975.
Décembre 1975, la première mission d’évaluation dans le cadre de la CAFI est effectuée vers Djibouti.
Le 3 mars 1976 a lieu le premier vol à l’EC 01/11 « Roussillon », puis le 03 novembre à l’EC 02/11 « Vosges ».
Le 23 novembre 1977, l’opération Lamentin est déclenchée. Cette opération sera le début d’une ère nouvelle pour l’aviation de combat et le Jaguar, première d’une longue série d’interventions de notre aviation en Afrique et plus particulièrement pour les escadrons de la 11°EC. En décembre 1977, puis en mai 1978, les Jaguar interviennent contre des colonnes du Polisario en Mauritanie.
En avril 1978, ce sera l’opération Tacaud au Tchad contre le Frolinat et en novembre, la création de l’EC 04/11 « Jura » qui sera stationné à Bordeaux.
Se succéderont en 1980 les opérations Murène et Barracuda.

En 1981, la France participe pour la première fois à l’exercice Red Flag aux USA. La traversé de l’Atlantique par des avions de combat français est une première réalisée par quatre Jaguar de la 11°EC.
L’année 1983 voit se mettre en place l’opération Orque prélude à l’opération Manta au Tchad.
Le 19 janvier 1984, prenant la relève temporaire de la force Olifant qui croise au large du Liban, l’EC 03/11 « Corse » effectue avec quatre Jaguar un raid de reconnaissance sur Beyrouth à partir de Solenzara. La mission Zara-Beyrouth – Zara leadée par le Commandant Durand, commandant l’escadron a duré sept heures et nécessité cinq ravitaillements en vol.

Le 16 février 1985, l’opération Épervier débute par le bombardement de l’aérodrome Libyen de Ouadi Doum au nord du Tchad réalisé par onze Jaguar et onze pilotes de l’EC 1/11, leadés par le Commandant De Tellier.

Les avions étaient armés de BAP 100 ou de bombes de 250 kg. Ils ont décollé de Bangui et effectué un vol de 1800Nm .

Quatre Jaguar de l’escadre participent en février 1990 à l’exercice « Amitiés 90 » à Djibouti. A l’issue de cette exercice 2 Jaguar poursuivent leur périple vers l’île de La Réunion, confirmant ainsi l’aptitude de la 11°EC et de la FATac à se déployer rapidement dans n’importe quelle région du globe.

A partir du 14 octobre 1990, les Jaguar de la 11°EC commencent à se déployer en Arabie Saoudite dans le cadre de l’opération Daguet. Les appareils opèrent depuis la base de Al Ahsa. Au cours de la quarantaine de jours que dure cette guerre, il sera effectué 2800 h de vol dont 1048 h soit 555 sorties en missions de guerre. La première mission du 17 janvier 1991 consiste à neutraliser le terrain d’aviation de Al Jaber au Koweit. Leadée par le Commandant Mansion, commandant le 2/11 « Vosges », elle comprenait 12 Jaguar armés de Belouga (BLG 66) ou de bombes freinées de 250 kg. Au cours de cette mission à basse altitude, quatre avions furent touchés dont deux sévèrement qui durent se dérouter. Pendant toute cette campagne, les Jaguar de la 11 délivreront 57 missiles AS30 LASER et 1654 bombes de 250 kg.

En janvier 1992, l’EC 02/11 « Vosges » est déployé sur la base de Rochambeau en Guyane française via Dakar, Recife et Cayenne. Ce déploiement témoigne de la capacité de l’Armée de l’Air à protéger si nécessaire les installations spatiales européennes. 
En février 1992 , l’EC 01/11 « Roussillon » met en place quatre Jaguar dans l’Emirat d’Abou Dhabi pour participer à l’exercice « Petit Renard ». 
Le 03 juillet 1992 est effectué le dernier vol à l’EC 04/11 « Jura » et la dissolution de l’unité.
Janvier 1993, l’opération « Balbuzard » est déclenchée. La France prépositionne sur la base de Solenzara des Jaguar de la 11 prêts à intervenir au profit des troupes françaises stationnées en Bosnie.
Le 15 juillet 1993, l’EC 03/11 « Corse » qui est l’escadron d’alerte part pour la base italienne de Rivolto. C’est le début de l’opération Crécerelle. La mission consiste à frapper vite et juste tous agresseurs des troupes de la FORPRONU, puis de l’IFOR.
Novembre 1993 débute depuis la base d’Incilick en Turquie dans le cadre de l’opération « Aconit » la surveillance de l’Irak du nord.
Le 31 juillet 1994, les vols sont arrêtés à l’EC 01/11 « Roussillon », puis l’escadron est dissous.
Le 21 Novembre 1994, à la suite d’attaques Serbes contre la poche de Bihac en Bosnie, l’OTAN neutralise l’aérodrome Serbe d’Udbina situé en Croatie occupée. A cette action participe une patrouille et de deux Jaguar de l’EC 3/11.
A partir du 30 août 1995, à la suite d’un tir d’artillerie sanglant sur un marché de Sarajevo, l’EC 2/11 participe à l’opération aérienne « Deliberation Force » de l’OTAN. Pendant deux semaines et demie, au cours de 65 sorties, les Jaguar detruiront des objectifs militaires d’insfrastructure (dépôts de munitions, sites de communications…) et utiliseront presque exclusivement des armements de pécision guidés par laser (missiles AS30L – Bombes de 250 et 1000 kg guidées laser).
Le 21 décembre 1995 débute l’opération « Salamandre » sur la base d’Istrana en Italie pour la surveillance de l’application des accords de Dayton. 
Le 21 mai 1996, le dernier vol est effectué au 2/11. Il est dissous quelques jours plus tard.
Le 25 juin 1997, à l’EC 03/11 « Corse », dernier arrêt réacteur d’un Jaguar de la 11, lors de la cérémonie de dissolution de l’escadron.
La 11° Escadre de chasse a effectué un total de 271000 h de vol sur Jaguar A et E. 
Le 31 juillet 1998, le GERMaS 15/11 qui effectuait la maintenance pour la 7°EC est dissous.

F-84F THUNDERSTREAK

LIRE LA FICHE

F-84F THUNDERSTREAK

F-84G THUNDERJET

LIRE LA FICHE

F-84G THUNDERJET

Derniers Res Non Verba
Dernières tribunes
En savoir plus sur l’Amicale 11

Découvrez notre histoire

Revivez les 70 années d’histoire de la « 11 ». Cliquez ici pour la découvrir.